Le tabagisme au Luxembourg en 2017 : une situation qui n’évolue pas

Le tabagisme au Luxembourg en 2017 : une situation qui n’évolue pas

La dernière enquête de TNS Ilres commanditée par la Fondation Cancer sur la consommation de tabac 2017 vient de paraître.

Force est de constater que le nombre de fumeurs au Luxembourg n'a pas véritablement diminué au cours des cinq dernières années (25 % en 2008 pour 21 % en 2017). Anecdote qui risque bien de finir par devenir la généralité dans les années à venir : les fumeuses prennent le pas sur les fumeurs pour la première fois dans trois classes d’âges.

Stagnation !

21 % de fumeurs, autrement dit, nous faisons du sur place depuis 5 ans. Et 16 % des fumeurs consomment quotidiennement du tabac. 

25-34 ans : les plus enfumés

Cette année, ces jeunes redeviennent les plus fumeurs dans leur groupe avec un taux de 27 % de fumeurs, deux points de plus que 2016.

Le tabac au féminin

Si dans l'ensemble les hommes fument encore plus que les femmes, certaines classes d'âge viennent contredire cependant ce postulat. En effet, les fumeuses dépassent les fumeurs dans trois classes d'âge sur sept (18-24, 55-64 et 65-74 ans).

Moins, c'est plus ?

C'est le nombre d'années de tabagisme qui a le plus grand impact négatif sur la santé.En fait, les fumeurs tentés par une baisse de leur consommation inhalent plus profondément afin d'obtenir leur dose habituelle de nicotine.

La shisha, toujours tendance.

Ce mode tabagique est pratiqué par 5 % de la population. Et pour 24 % (vs 20 % en  2016) des 15-24 ans, la shisha fait désormais partie de leurs habitudes tabagiques.

L'envie d'arrêter de fumer ne s'arrête pas !

55 % des fumeurs aimeraient arrêter de fumer et 22 % aimeraient réduire leur consommation. Moins d'un fumeur sur quatre semble satisfait de son état tabagique.

Envie d’arrêter de fumer ? Plus d’infos sur https://maviesanstabac.lu

La revendication de la Fondation Cancer

La Fondation Cancer attend les effets positifs de la nouvelle loi dans la lutte contre le tabagisme rentrée en vigueur en 2017. Toutefois, consciente des enjeux de santé, la Fondation réitère sa revendication : une augmentation conséquente des prix des produits du tabac, qui reste le moyen le plus efficace – comme le préconise la Banque Mondiale – afin de réduire à long terme la consommation de tabac, surtout chez les jeunes.

Source de l'article

Newsletter de la Fondation Cancer

© letzbehealthy.lu