Plus de 140 000 personnes meurent de la rougeole tandis que le nombre de cas augmente dans le monde entier

Plus de 140 000 personnes meurent de la rougeole tandis que le nombre de cas augmente dans le monde entier

Les nourrissons et les jeunes enfants sont les plus exposés au risque de complications mortelles, préviennent les organismes de santé

En 2018, plus de 140 000 personnes sont mortes de la rougeole dans le monde, selon les nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des Centers for Diseases Control and Prevention (CDC) des États-Unis d’Amérique. Ces décès sont survenus tandis que le nombre de cas de rougeole explosait dans le monde entier, avec des épidémies dévastatrices dans toutes les Régions. La plupart des décès sont survenus chez des enfants âgés de moins de 5 ans. Les bébés et les très jeunes enfants sont les plus exposés au risque de contracter la rougeole, avec des complications potentielles comme la pneumonie et l’encéphalite (gonflement du cerveau), ainsi qu’une incapacité à vie  ̶  dommages permanents au cerveau, cécité ou perte auditive.

Des données récemment publiées montrent que l’infection par le virus de la rougeole peut avoir d’autres effets à long terme sur la santé, le virus endommageant la mémoire du système immunitaire pendant des mois, voire des années après l’infection. Cette « amnésie immunitaire » rend les personnes ayant survécu à la rougeole vulnérables à d’autres maladies potentiellement mortelles, comme la grippe ou une diarrhée sévère, en affaiblissant les défenses immunitaires de l’organisme.  « Le fait qu’un enfant meure d’une maladie évitable par la vaccination comme la rougeole est franchement un scandale et un échec collectif dans la protection des enfants les plus vulnérables dans le monde », a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé. « Pour sauver des vies, nous devons faire en sorte que chacun puisse bénéficier des vaccins  ̶  ce qui signifie investir dans la vaccination et dans des soins de santé de qualité auxquels chacun a droit. » La rougeole peut être évitée par la vaccination. Toutefois, les taux de vaccination dans le monde stagnent depuis près d’une décennie. L’OMS et l’UNICEF estiment que 86 % des enfants dans le monde ont reçu la première dose du vaccin antirougeoleux dans le cadre des services de vaccination systématique de leur pays en 2018, et moins de 70 % ont reçu la deuxième dose recommandée. A l’échelle mondiale, la couverture vaccinale contre la rougeole n’est pas suffisante pour prévenir les épidémies. L’OMS recommande une couverture vaccinale de 95 % avec deux doses de vaccin antirougeoleux dans chaque pays et dans toutes les communautés pour protéger les populations de cette maladie.

Les pays les plus pauvres sont les plus durement touchés, mais la rougeole reste un défi mondial colossal

Dans le rapport présentant l’estimation du nombre total de cas de rougeole et de décès associés dans le monde et par Région de l’OMS, on constate que l’Afrique subsaharienne, où de nombreux enfants échappent constamment à la vaccination, est la région la plus durement touchée par la maladie. En 2018, les pays les plus touchés  ̶  ceux ayant le taux d’incidence de la rougeole le plus élevé  ̶  étaient le Libéria, Madagascar, la République démocratique du Congo (RDC), la Somalie et l’Ukraine. Ces cinq pays représentaient près de la moitié des cas de rougeole dans le monde. « Nous disposons d’un vaccin antirougeoleux sûr et efficace depuis plus de 50 ans », a déclaré le Dr Robert Linkins, chef de l’unité Accelerated Disease Control des CDC et Président de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole. « Ces estimations nous rappellent que chaque enfant, partout dans le monde, a besoin de ce vaccin qui sauve des vies et le mérite. Nous devons renverser la tendance et mettre un terme à ces décès évitables en améliorant l’accès au vaccin antirougeoleux et la couverture vaccinale. »

Si les pays les plus pauvres ont été les plus touchés, certains pays plus riches ont également été confrontés à des épidémies de rougeole, avec des répercussions importantes sur la santé de la population. Cette année, les États-Unis d’Amérique ont notifié le plus grand nombre de cas enregistrés depuis 25 ans, tandis que quatre pays d’Europe  ̶  l’Albanie, la Grèce, le Royaume-Uni et la Tchéquie  ̶  ont perdu leur statut de pays ayant éliminé la rougeole obtenu en 2018 à la suite d’épidémies rougeoleuses prolongées ; cela se produit si la rougeole revient dans un pays après avoir été déclarée éliminée et si la transmission se poursuit sans interruption dans le pays pendant plus d’un an.

Investissements et engagements nécessaires pour assurer une action efficace contre la rougeole

L’OMS, le CDC, l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (Alliance GAVI) et d’autres partenaires, y compris ceux de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole qui regroupe plusieurs organismes  ̶  dont la Croix-Rouge américaine, l’UNICEF et la Fondation pour les Nations Unies  ̶  aident les pays à répondre aux épidémies de rougeole, notamment par des campagnes de vaccination d’urgence. En plus d’une vaccination rapide contre la rougeole, la réponse aux épidémies comprend également des mesures pour réduire le risque de décès par un traitement rapide, en particulier pour les complications associées comme la pneumonie. L’OMS apporte donc son soutien aux pays pour les aider à prendre en charge les cas, notamment en formant les agents de santé à la prise en charge efficace des enfants souffrant des effets de cette maladie. Au-delà de la réponse aux épidémies, il est urgent que les pays et la communauté sanitaire mondiale continuent d’investir dans des programmes nationaux de vaccination et de surveillance de la maladie de qualité, ce qui permet de détecter rapidement les flambées épidémiques de rougeole et d’y mettre fin avant que des vies soient perdues. 

« C’est une tragédie que le monde assiste à une augmentation rapide du nombre de cas et de décès dus à une maladie facilement évitable grâce à un vaccin », a déclaré le Dr Seth Berkley, PDG de l’Alliance GAVI. « Si l’hésitation et la baisse de la vigilance sont des défis à relever, les plus grandes épidémies de rougeole ont frappé des pays où les systèmes de vaccination systématique et de santé sont faibles. Nous devons faire mieux pour atteindre les plus vulnérables, et ce sera l’une des priorités fondamentales de l’Alliance GAVI pour les cinq années à venir. » Au cours des 18 dernières années, on estime que la vaccination contre la rougeole à elle seule a sauvé plus de 23 millions de vies.

L’Initiative contre la rougeole et la rubéole

L’Initiative contre la rougeole et la rubéole est un partenariat mondial fondé par la Croix-Rouge américaine, le CDC, la Fondation pour les Nations Unies, l’UNICEF et l’OMS, qui s’est engagé à parvenir à un monde sans rougeole, sans rubéole et sans syndrome de rubéole congénital, et à maintenir l’élimination. Fondée en 2001, l’Initiative a contribué à vacciner plus de 2,9 milliards d’enfants et à sauver plus de 21 millions de vies en augmentant la couverture vaccinale, en améliorant la réponse à la maladie, le suivi et l’évaluation et en renforçant la confiance du public et la demande de vaccination. « Nous sommes alarmés par l’augmentation des cas de rougeole aux États-Unis d’Amérique et dans le monde, mais il y a de l’espoir », a déclaré Gail McGovern, présidente et administratrice principale de la Croix-Rouge américaine. « Les épidémies de rougeole peuvent être entièrement évitées grâce à des systèmes robustes qui garantissent que chaque enfant bénéficie des vaccins qui sauvent des vies. »

Selon Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF, « le nombre inacceptable d’enfants morts de la rougeole l’année dernière prouve que cette maladie totalement évitable est partout une menace. Quand les enfants ne sont pas vaccinés en très grand nombre, des communautés entières courent des risques. Nous le constatons même aujourd’hui dans des lieux difficiles d’accès comme la République démocratique du Congo, où la rougeole a tué plus de 4500 enfants de moins de cinq ans cette année, ou au Samoa, où une flambée de rougeole qui se propage rapidement a touché de nombreux enfants qui n’ont pas pu aller à l’école ».   « Les dernières données montrent que nous régressons malheureusement dans nos progrès contre une maladie facilement évitable : la rougeole », a déclaré Kathy Calvin, présidente et administratrice principale de la Fondation pour les Nations Unies. « Mais nous pouvons renverser la vapeur contre ces épidémies grâce à une action collective, à un engagement politique ferme et à la réduction des déficits de financement critiques. Travailler ensemble fonctionne  ̶  c’est le seul moyen d’atteindre tout le monde, partout, avec des vaccins et des services qui sauvent des vies et, plus largement, de réaliser les objectifs de développement durable des Nations Unies ».

Note aux éditeurs

« Progrès accomplis dans le monde en vue de l’élimination régionale de la rougeole, 2000-2017 » est une publication conjointe de l’OMS et du CDC. Elle est publiée dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS et dans le Morbidity and Mortality Weekly Report du CDC. L’élimination de la rougeole est définie comme l’absence de transmission endémique du virus rougeoleux dans une Région ou une autre zone géographique définie pendant plus de 12 mois. Inversement, un pays n’est plus considéré comme exempt de rougeole si le virus revient et que la transmission se poursuit sans interruption pendant plus d’un an.

A propos des estimations

Ces estimations sont le résultat d’une modélisation statistique entreprise par l’OMS. Chaque année, le modèle est ajusté pour l’ensemble de la série chronologique  ̶  de 2000 à l’année en cours. La modélisation de cette année estime à 9 769 400 le nombre de cas de rougeole et à 142 300 le nombre de décès associés dans le monde en 2018, en baisse par rapport aux 28 219 100 cas et 535 600 décès en 2000. En 2017, les estimations étaient de 7 585 900 cas et 124 000 décès.

En 2018, l’OMS estime que dans la Région africaine, il y a eu 1 759 000 cas au total et 52 600 décès ; dans la Région des Amériques, 83 500 cas ; dans la Région de la Méditerranée orientale, 2 852 700 cas et 49 000 décès ; dans la Région européenne, 861 800 cas et 200 décès ; dans la Région de l’Asie du Sud-Est, 3 803 800 cas et 39 100 décès et dans la Région du Pacifique occidental, 408 400 cas et 1300 décès. Bien que ces estimations constituent une indication utile des répercussions de la rougeole et des tendances à long terme, les cas notifiés fournissent un aperçu et des comparaisons en temps réel. En 2018, 353 236 cas avaient été notifiés à l’OMS. En 2019, à la mi-novembre, plus de 413 000 cas avaient déjà été signalés dans le monde, avec 250 000 cas supplémentaires en RDC (notifiés via le système national), soit trois fois plus qu’à la même période en 2018.

Sources : Organisation Mondiale de la Santé

© letzbehealthy.lu