L’ostéopathie pour animaux

L’ostéopathie pour animaux

L’ostéopathie est une approche thérapeutique qui vise à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui troublent le bon fonctionnement du corps humain. Cela vaut également pour nos amis les animaux pour lesquels la discipline est à présent très

Pour soulager votre animal...

La difficulté avec les animaux est qu’ils ne verbalisent pas leurs douleurs. C’est donc au vétérinaire ostéopathe, grâce à des tests palpatoires de sentir, de trouver les restrictions de mouvements, les gênes et les douleurs de l’animal afin de le libérer et le soulager.

L’ostéopathie

C’est une médecine complémentaire, une médecine holistique qui prend en compte l’animal dans sa globalité. L’ostéopathe traite toutes les espèces animales mais en particulier : chiens, chats, chevaux, bovins, ovins… L’animal ne parlant pas, l’ostéopathe doit bien observer, toucher l’animal pour ressentir l’endroit ou les endroits douloureux. L’aide du propriétaire qui va décrire ce qui ne va pas est très utile. La perte de mobilité peut se trouver au niveau des articulations, des muscles, des ligaments, des viscères et provoquer un déséquilibre de l’état de santé. L’ostéopathie nécessite une connaissance parfaite du fonctionnement du corps humain et des interactions entre tous ses systèmes. 

L’ostéopathe restaure la mobilité du corps de l’animal selon une vision globale et il ne se limite pas à la zone douloureuse. Le but est de redonner à l’organisme de l’animal une bonne harmonie car, comme pour nous, un endroit douloureux va faire que l’on va compenser en utilisant plus un endroit non douloureux, ce qui entraîne des dysfonctionnements et des déséquilibres.

Rencontre avec un ostéopathe

Rencontre avec un ostéopathe

Nous avons rencontré le Docteur Julien Akpemado qui nous a donné de nombreuses informations sur son métier qui est pour lui une véritable passion. Julien a dans un premier temps été vétérinaire et s’est ensuite lancé dans ses études d’ostéopathie (diplôme obtenu en 2011 à l’Imaov). C’est un praticien passionné qui aime manipuler, toucher afin de  sentir où l’animal a mal.

Comme il le souligne : « L’ostéopathie animale recouvre une vision globale de l’individu et nécessite, pour son exercice, non seulement une connaissance approfondie de la physiologie et de l’anatomie classiquement enseignées, mais aussi le développement de la sensibilité du toucher qui permet non seulement de reconnaître une baisse de mobilité des structures de l’animal mais aussi d’adapter des techniques de corrections afin de redonner du mouvement aux structures concernées. »  Lui ont été enseignées à l’école, la totalité des outils ostéopathiques, structurels, myotensifs, les techniques réflexes, crânienne, fasciale, viscérale…Julien nous a expliqué qu’il ne focalise pas sur la douleur, son but  premier est de redonner de la mobilité aux animaux qu’il manipule. Il cherche à savoir ce qui coince, ce qui bouge mal, ce qui ne bouge pas. 

La pratique est-elle simple ?

Selon Julien : « La difficulté est que l’animal n’écoute pas comme l’humain. On ne peut pas le forcer à être docile donc c’est souvent l’animal qui guide la séance et je m’adapte à lui. Le but n’est pas de lui imposer quelque chose et de le frustrer. Il faut idéalement un animal qui est calme pour que j’ai un meilleur ressenti. » Julien aime utiliser la technique des fascias (membranes de tissu conjonctif qui se rétractent et créent des douleurs) et redonner de la souplesse en les touchant, en les comprimant, en les étirant. 

Cette méthode nécessite du temps et de la douceur. Et cette pratique fait que le praticien s’améliore au fil du temps : « Je sens que ma pratique s’affine, évolue au fil du temps. » 

Selon lui, chaque ostéopathe à force de pratiquer adoptera des méthodes qui lui sont propres. Il y a bien sûr une théorie, des techniques, des idées et chaque ostéopathe se construit en fonction de la pratique, de son vécu, de ses ressentis. Ces praticiens se construisent avec le temps et les expériences qui s’ancrent en eux. Julien a une méthodologie précise : il utilise le test de la serpentine qui est un test mécanique pur qui consiste à pratiquer un mouvement de droite à gauche sur les vertèbres sur toute la colonne. Cela permet de voir où se situent les blocages, les tensions. Il adapte ensuite la séance en fonction et passe systématiquement par l’ostéopathie viscérale qui va permettre de retrouver un bon fonctionnement général de l’organisme. Julien nous dit que : « L’ostéopathie viscérale détend beaucoup plus vite l’animal. »

Comment réagissent les animaux ?

Comment réagissent les animaux ?

Quelle que soit la taille de l’animal, la détente et le lâcher-prise se manifestent lors d’une séance mais encore une fois ce n’est pas le but de la séance : la séance doit redonner de la mobilité aux structures qui en manquent (ce qui s’accompagne souvent, mais pas toujours, d’un lâcher-prise de l’animal).

Dans quels cas consulter pour son animal ?

L’ostéopathie animale soigne toutes sortes de pathologies par une méthode douce et non invasive pour les animaux. On peut consulter dans les cas suivants :

  • boiteries, douleurs dorsales lombaires surtout (très courantes),
  • perte de mobilité : votre animal se déplace autrement, ne saute plus,
  • troubles digestifs, respiratoires, urinaires, génitaux, comportementaux,
  • aide à la récupération post-opératoire,
  • en prévention comme pour les humains.

Sandrine STAUNER-FACQUES